[Réorientation] Épisode 01 : Le portrait de Léa

L'équipe PRISMOEconomie et société, Quête de sens et bien-êtreLeave a Comment

[BLOG PRISMO – Dossier Réorientation • Portrait #01] Léa : « À 21 ans, j’ai déjà connu la réorientation à trois reprises« 

 

Après avoir interviewé dix étudiants pour la rédaction de deux articles (Orientation : comment trouver sa voie et Orientation : les erreurs à éviter), nous avons décidé de partager avec vous l’histoire de trois d’entre eux. Aujourd’hui, c’est le parcours pour le moins original de Léa que vous découvrez.

À seulement 21 ans, Léa a déjà connu la réorientation trois fois. Si elle a aujourd’hui trouvé sa voie, cela n’a pas été sans difficulté. Retour sur notre entretien avec elle.

 

PRISMO : Quel bac as-tu passé ?

Léa : Un bac S, spécialité SVT

 

P : Quelles études as-tu fait après le bac ?

L : J’ai suivi une PACES (Première Année Commune des Études de Santé) dans le but de devenir médecin. Ça me plaisait, mais je n’ai pas eu un assez bon classement. La sélectivité du concours m’a forcée à me réorienter après deux essais.

 

P : Qu’as-tu fait ensuite, et pourquoi tant de changements ?

L : Après la PACES, je me suis lancée en L1 Biologie à l’Université Lyon 1 (sur le campus de la Doua), mais je n’ai pas du tout aimé. De plus, j’ai davantage pensé à mon job étudiant qu’aux cours car j’étais frustrée par mon échec en médecine. J’ai quand même validé mon année, mais je n’y voyais du coup aucun intérêt. J’ai donc essayé l’année suivante une L1 Droit à l’Université Jean Moulin Lyon 3, mais ça ne m’a pas plu non plus : je n’ai pas aimé les cours et je n’ai pas réussi à me projeter dans le futur avec une licence de droit, je ne voyais aucun débouché susceptible de me plaire. Alors j’ai décidé de changer de nouveau, et aujourd’hui je fais un BTS Professions Immobilières au Centre scolaire Assomption Bellevue, à Gerland.

 

P : Pourquoi ne pas t’être lancée plus tôt dans cette filière ?

L : J’étais vraiment focalisée sur la PACES au départ, je voulais vraiment faire médecine. De plus, quand j’avais évoqué l’immobilier comme réorientation potentielle, mon entourage m’en avait dissuadée en affirmant que ça ne me correspondait pas parce que j’avais un profil scientifique. Et pourtant, deux ans plus tard, voilà où j’en suis… Mais ils ont mis en avant la différence considérable entre ce domaine et mes aspirations premières, et ça m’a freinée. C’est pour ça que je n’ai pas eu le courage de me lancer là-dedans directement après la médecine, et que j’ai mis si longtemps avant de trouver ma voie, même si au fond de moi je savais ce que je voulais.

 

P : Comment as-tu trouvé tes différentes filières, notamment l’immobilier ?

L : Principalement en rencontrant des professionnels. C’est comme ça que j’ai pu trouver certaines filières qui me tentaient alors qu’après mon année de médecine, je n’avais aucune idée de ce que je pourrais faire. J’en ai rencontré dans divers domaines, grâce à mon entourage et à des connaissances qui ont pu me mettre en relation avec eux (mon père travaillant dans le bâtiment, ça m’a grandement facilité les choses). Je suis aussi allée, plus tard, au Salon de l’immobilier, où j’ai pu découvrir encore de nouveaux métiers. En règle générale, je leur ai demandé de me parler de leur travail, de me donner leur ressenti, et ça m’a permis de me faire une idée de ce qui pourrait me plaire ou non. Je pense vraiment qu’il ne faut pas hésiter à aller à la rencontre de professionnels afin d’avoir un ressenti réel du métier qu’on vise et cibler ce que l’on veut vraiment faire. Surtout que quelqu’un qui aime son travail ne sera jamais dérangé par le fait d’en parler à un étudiant qui souhaite suivre ses pas.

 

Après avoir connu la réorientation à trois reprises, Léa a trouvé sa voie !

P : Comment t’y es-tu prise ensuite pour initier ta réorientation ?

L : Je suis passée par la procédure complémentaire APB pour la biologie et le droit. Pour mon BTS, je suis allée voir directement la directrice de l’établissement avec mes bulletins et un discours motivé. C’est ce qui m’a permis d’être acceptée en cours d’année.

 

P : Quelle aide aurais-tu aimé avoir quand tu cherchais ta voie ?

L : Un meilleur accompagnement dans mon orientation. Les conseillers d’orientation que j’ai rencontrés ne m’ont pas suffisamment aidée à approfondir ma connaissance de moi-même, de mes goûts et de mes aspirations. Moi qui commençais sérieusement à envisager d’arrêter les cours et de commencer à travailler, étant donné que j’avais l’impression de perdre mon temps et mon argent dans des études qui ne menaient à rien, j’avais besoin qu’on m’éclaire et qu’on m’aide à définir mon avenir. Malheureusement, les entretiens que j’ai passés ne m’ont pas apporté ce que je recherchais. J’ai fini par trouver ma voie par moi-même, grâce à mes recherches et mes initiatives personnelles, notamment en contactant des professionnels.

 

P : Avec du recul, y a-t-il quelque chose que tu aurais aimé faire différemment ?

L : Il y a deux choses que j’aurais dû faire : moins écouter mon entourage, et prendre le temps de réfléchir à mon avenir plutôt que de me lancer tête baissée dans mes études.

 

P : Es-tu satisfaite de ta filière aujourd’hui ? Penses-tu avoir enfin trouvé ta voie ?

L : Complètement : j’ai enfin l’impression de faire quelque chose de concret, chose que je n’avais jamais expérimentée à la fac. C’est une formation professionnalisante et je sais exactement ce que je vais pouvoir faire ensuite. Au début, je n’étais pas sûre d’avoir fait le bon choix, mais les stages m’ont entièrement rassurée car j’ai vu que j’étais vraiment dans mon élément. Aujourd’hui je sais que j’ai trouvé ma voie car je me sens bien dans ce que je fais.

 

P : Tu ne regrettes pas d’avoir passé tout ce temps en PACES, alors que finalement tu t’épanouis dans l’immobilier ?

L : Je ne le regrette pas du tout car c’était ma vocation première et il fallait essayer. De plus, j’en ai tiré une habitude de travail et une méthode que je n’avais pas en sortant du bac, et cela m’a beaucoup aidée par la suite, que ce soit dans mes études ou dans ma vie privée.

 

P : Qu’en est-il des autres filières ? Regrettes-tu d’avoir passé une année en biologie et une autre en droit avant d’enfin trouver la filière qui te correspondait ?

L : Je l’ai effectivement beaucoup regretté jusqu’à récemment, car comme je le disais, j’avais l’impression de perdre mon temps, et j’étais dans une optique très différente de celle d’aujourd’hui puisque je pensais arrêter totalement les études. Aujourd’hui je vois les choses différemment et je n’ai plus de regrets car je pense que j’ai acquis des connaissances et une méthode de travail qui me permettent de réussir dans ce que je fais aujourd’hui et d’avoir un « plus ». De plus, si j’avais fait de l’immobilier immédiatement à la sortie du lycée, je n’aurais sûrement pas eu la maturité nécessaire pour m’investir réellement dans mes stages et ça ne m’aurait peut-être pas plu.

 

P : Pour conclure, aurais-tu des conseils à donner aux étudiants qui cherchent leur voie ?

L : Tout d’abord, je conseillerais à tous ceux qui comptent tenter PACES de réfléchir à une autre filière en cas de réorientation, car 75% des étudiants se réorientent à l’issue de leur année (selon les chiffres de Diplomeo). Ensuite, je recommande à tous les étudiants et futurs étudiants de faire ce qui leur plaît quand ils ont la chance de savoir ce qu’ils veulent. Pour ma part, après la PACES, on m’a poussée à faire de « grandes études » car j’avais de bons résultats, alors qu’en fin de compte, j’ai trouvé ma place dans une filière plus professionnalisante. Alors réfléchissez vraiment à ce que vous avez envie de faire et n’hésitez pas à rencontrer des professionnels qui pourront vous parler de leur métier en détails et vous conforter dans votre choix. En trois mots : suivez votre instinct !

 

Pour suivre le conseil de Léa et prévoir une réorientation après votre PACES, vous pouvez consulter l’article de Diplomeo sur le sujet. Et si ce format d’article vous a plu, vous pouvez aussi lire nos entretiens avec Andréa, actuellement en pleine réorientation, et Coralie, qui, elle, a trouvé sa voie après deux réorientations !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.